Par quoi je commence ?

Vous sentez que votre alimentation pourrait avoir un impact sur votre bien-être ?

Vous sentez que certains aliments passent moins bien, que vous les digérez mal, qu’ils provoquent des réactions dans votre corps ?

Vous sentez même que certains aliments ont un effet sur votre moral ?

Mais vous ne savez pas par où commencer pour changer vos habitudes alimentaires…

Ne vous inquiétez pas je vais vous aider à y voir plus clair…

Plusieurs études ont déjà démontré les effets que peuvent avoir les céréales (et particulièrement celles contenant du gluten), le lactose ou les sucres raffinés sur notre santé, à plus ou moins long terme. Je vous invite à lire les articles que j’ai déjà publiés sur le blé (1 et 2), d’autres articles sur les produits laitiers et les sucres viendront.

Plusieurs scientifiques se sont penché sur le sujet et ont mis au point des “régimes” qui permettent d’éliminer les aliments à risque, voire toxiques. Je mets le mot régime entre guillemets car je trouve que ce terme est péjoratif. Il ne s’agit pas d’entreprendre un changement brutal de votre alimentation, contraignant et qui passerait dans votre vie aussi vite qu’un tube de l’été ! Il s’agit de mettre en place des changements majeurs dans vos habitudes, sur du long terme (car les effets mettent du temps à se faire sentir), mais avec plaisir et curiosité, afin que vous les installiez pour plusieurs années, voire pour toujours. C’est pour cela que je préfère utiliser “mode de vie” plutôt que “régime”.

Mais qu’est-ce que je vais manger ?…

On me demande souvent s’il y a du gluten dans tel aliment, si on peut manger cela quand on est intolérant au lactose, ou bien encore : “mais qu’est-ce que tu manges dans ton régime paléo !!??”. Je vous ai donc préparé un petit tableau, qui est bien sûr non exhaustif, mais qui fait ressortir la plupart des aliments que vous croiserez au quotidien et qui va vous aider à y voir plus clair. Dans ce tableau (que vous trouverez ici en format Excel pour les accros !) je vous expose les aliments autorisés ou interdits dans les 5 grands courants alimentaires popularisés ces dernières années.

Tout d’abord, le mode de vie sans gluten et le mode de vie sans lactose sont sans aucun doute ceux qui peuvent vous apporter des bénéfices visibles très rapidement. Assez facile à mettre en place, vous pouvez commencer par l’un ou l’autre afin d’identifier quels sont les aliments que vous tolérez le moins. Commencer par ceux-là va aussi vous permettre de poser en douceur des bases à votre nouvelle alimentation et de voir jusqu’où vous souhaitez/pouvez aller. Car je vous le rappelle, il ne s’agit pas d’arrêter les yaourts pendant un mois et de retomber dans le fromage blanc après ! Le but de ces changements est d’être bienveillant avec vous-même et de prendre une direction que vous jugez bonne pour vous.

Ensuite, vous trouverez une colonne mode de vie Hypotoxique, aussi appelé méthode Seignalet. Le Docteur Jean Seignalet était un clinicien et biologiste qui s’est intéressé à la nutrition et a mis au point un protocole alimentaire afin de guérir de nombreuses maladies chroniques d’origine apparemment inconnue. Mis au point en 1985, sa méthode est d’abord un régime santé qui vise à soigner et prône une alimentation diversifiée, la plus proche possible de celle de nos ancêtres cueilleurs-chasseurs. Il est parti du principe que les aliments que nous consommons ont subi de nombreuses transformations moléculaires. Certains de ces aliments, classiquement considérés comme « sains », sont devenus totalement indigestes pour certains d’entre nous, notamment de nombreuses céréales (dont le blé et le maïs), les laitages animaux et les aliments cuits de façon excessive (en particulier les graisses et les protéines animales). La méthode est donc « sans gluten et sans lactose » et préconise du frais, du cru, et des cuissons douces. On la qualifie aussi de « hypotoxique »,  car elle exclut des aliments « toxiques » à long terme pour certains.
Vous pouvez trouver toutes les explications de cette méthode sur le site www.seignalet.fr et surtout voir son efficacité sur plus de 2500 patients présentant 91 maladies différentes ! Le principe de base est donc de consommer tous les produits que vous verrez dans le tableau, à condition qu’ils soient bios, frais, crus ou cuits à moins de 110°C.

La colonne suivante est celle du mode de vie Paléo. J’ai déjà écrit deux articles sur les fondements de ce mode de vie et sur pourquoi il est bon de s’orienter vers lui. Ce mode de vie a été popularisé par Mark Sisson, auteur du best-seller américain Le Modèle Paléo (The Primal Blueprint) sorti en 2006. Ancien athlète d’endurance d’élite qui a fait de la santé et de la remise en forme son métier, son but a été d’amener les gens à assumer la responsabilité de leur santé et de leur forme physique, avec le moins de douleur, de souffrance et de sacrifice possible. Le Modèle Paléo qu’il préconise incite à manger, bouger, dormir et jouer comme nos ancêtres du paléolithique. Parce que nos gènes sont adaptés à ce mode de vie dont nous sommes éloignés depuis 10 000 ans. Il s’agit donc d’avoir une alimentation riche en protéines, vitamines, lipides et particulièrement des oméga-3, faible en glucides, sans céréales et sans lactose. Cette alimentation est aussi combinée à un rythme de vie incluant des exercices ciblés, fractionnés parfois, doux à d’autres moments, et un état général sans stress et ressourçant. Vous trouverez toutes les informations sur sa méthode sur son site (en anglais) www.marksdailyapple.com et je publierai régulièrement des articles sur tout ce qui englobe le mode vie Paléo.

Tout le monde s’accorde là-dessus… les légumes, c’est bon !

Enfin, pour les personnes présentant de gros problèmes de santé et souhaitant faire un travail de fond, je vous propose de découvrir la méthode GAPS (Gut And Psychology Syndrome = le syndrome entéropsychologique). Développée par le Docteur Natasha Campbell-McBride, elle est destinée à réduire au silence les troubles mentaux, les maladies et les allergies ayant un lien avec un système digestif perturbé. Elle a mis au point ce mode de vie en constatant que le syndrome GAPS fait le lien entre de nombreux troubles mentaux en pleine expansion (TDA/H, autisme, dyspraxie, dyslexie…), des manifestations allergiques de plus en plus communes (asthme, eczéma, allergies alimentaires…), des maladies auto-immunes sans cause apparente (diabète, lupus…) et un état que l’on retrouve chez toutes les personnes atteintes de ces maladies : un système digestif perturbé. Après plusieurs expériences fructueuses, elle a conclu que toutes ces maladies ont pour origine des troubles digestifs, autrement dit : la santé intestinale conditionne la santé mentale. Ce mode de vie est bien plus radical puisqu’il supprime le gluten, les céréales en général, le sucre raffiné, les additifs, les produits laitiers industriels et toute forme d’amidon. Après une phase d’introduction qui permet de réduire au silence les symptômes les plus gênant, le protocole doit être suivi pendant au moins 2 ans afin de consolider les effets bénéfiques de ces changements. Si vous vous reconnaissez dans ces maladies, je vous conseille vivement de lire le livre sur le GAPS et de visiter www.gapsdiet.com afin de vous aider à mettre en place vos nouvelles habitudes alimentaires.

Voici donc le tableau récapitulatif présentant les aliments autorisés, les aliments à limiter, les aliments à consommer occasionnellement (parce qu’on peut bien se faire plaisir quand même !) et puis les aliments à supprimer si vous êtes vraiment décidés !  Vous trouverez également des petites annotations pour vous alerter sur certains points de vigilance mais surtout pour vous guider dans les produits de substitution. Parce que, je le sais, votre crainte c’est… “mais qu’est-ce que je vais manger!!??” Et bien vous pourrez, dans vos pâtisseries, remplacer la farine de blé par des farines faites à partir d’aliments sans gluten (qui apparaissent en bleu soulignés dans la première colonne), mélangées à une fécule de votre choix. Comme je vous l’ai précisé dans l’article sur le blé, remplacez 1 dose de farine de blé par ⅔ de farine sans gluten et ⅓ de fécule. Prenez évidemment la farine qui apparaîtra en vert dans la colonne que vous aurez choisie (si vous devenez Paléo, vous prendrez de la farine de châtaigne plutôt que de la farine de riz, et de la fécule de tapioca plutôt que de la fécule de maïs). Vous trouverez aussi les aliments qui peuvent servir à fabriquer du lait végétal. Toutes les farines et tous les laits peuvent être achetés en supermarché, en magasins bio ou dans des boutiques asiatiques ou africaines, mais je vous conseille évidemment de les faire maison, ils seront à coup sûr sans additif et sans sucre cachés.

Prenez du temps pour réfléchir à votre alimentation. C’est important…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s